~°{ G.A.K.U-C.a.r.d.s }°~


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenu à toi petit Yokai sur Gaku-Cards ! Gaku se remet à neuf, nous avons besoins de vous ♥️ ^-^

Partagez | 
 

 Emily Mallon~ {10 de Carreau}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emily Mallon
Illusionniste de Charme

Illusionniste de Charme
avatar

Féminin Messages : 5
Date d'inscription : 04/02/2010
Age : 24


{More}
Race : Succube
Âge: 17 ans
Pouvoirs/Capacités:

MessageSujet: Emily Mallon~ {10 de Carreau}   Jeu 4 Fév - 9:59

♣️ In Role Play? ♣️
    Identité

      ♦️Nom :Mallon
      ♦️Prénom :Emily
      ♦️Age & date de naissance : 17 ans née le 10 mai 1992
      ♦️Nationalité : Anglaise
      ♦️Race : Succube
      ♦️Pouvoir et Capacités: Son pouvoir consiste à obstruer ou modifier les sens d'une personne en la touchant.
      Par exemple, elle peut changer la capacité visuelle de quelqu'un par contact et ainsi, lui faire percevoir un paysage ou une forme inexistante.

      ♦️Niveau : Elle ne se débrouille pas trop mal pour ce qui est de faire différer l'odorat, le touché et le goût, mais elle a encore bien du mal pour ce qui est de la vue et de l'ouïe, les humains étant plus attentifs à ceux-là, elle ne peut aller contre une trop grande volonté d'une personne de rester maître de ses sens.
      De plus, ses illusions ne durent pas plus de quelques minutes.



    Apparence & Personnalité

      ♣️Caractère :

      "Personne est parfait. Appelez-moi Personne."


      Emily est une fille qui aime la vie. Elle croque dedans à pleine dents, comme elle croque les hommes. Un trait de caractère que l'on ne pourra pas enlever à Emily, seulement, et beaucoup de grands scientifiques le reconnaissent, une femme, c'est difficile à cerner, et une femme, Emily en est une, assurément.
      Peut-être est-ce dû à sa condition de succube ? Peut-être que si elle avait été humaine, elle aurait été un vrai garçon manqué ? Ça, on ne le saura jamais. Mais peu importe, elle s'en fiche comme de son premier amant et vit très bien dans sa condition, ne trouvant rien à envier aux humains, si faibles, si fragiles.
      Son jeu préféré : prendre les mecs des autres, car les humains ont beaucoup de mal à résister à ce sentiment qu'est l'amour, donc plus l'homme sera amoureux, plus il sera difficile de se l'approprier, plus ce sera drôle. Et vice et versa. Cependant, Emily ne cherche pas à faire le mal, loin de là.
      C'est une garce, au sens propre du terme mais qui s'assume et se respecte, comme elle respect toujours ses rivales, gardant pour elle que si un garçon trompe sa copine avec elle, c'est qu'il n'aimait pas vraiment sa tendre. très insolent, dites-vous ? Oui, c'est ça, Emily EST très insolent. Insolente, fière, orgueilleuse, joueuse, cupide, infidèle, et le pire, c'est qu'elle agit ainsi en toute connaissance de cause en s'assumant et en souriant. Elle se montre toujours très positive, peu de choses la rende triste, quand elle pleure ou qu'elle est déprimée, la plupart du temps, c'est qu'elle joue la comédie.
      Rusée, intelligente, elle saura toujours toucher LE point sensible, que ce soit pour amener un homme à elle que pour se défendre dans une dispute enflammée. Elle sait reconnaître chez les gens le petit défaut qui crée le grand complexe, et elle arrive toujours à le retourner contre son porteur.
      C'est une des raisons pour lesquels elle ne montre jamais ses défauts, ou du moins fait tout pour les cacher -ou comme dit plus haut, si elle les montre, c'est qu'elle en est fière-. Cependant, avant d'en arriver aux extrémités, il faut vraiment en avoir -oui, du courage, bien sur !- pour arriver à mettre Emily à bout. Elle a un contrôle d'elle même à couper le souffle, ce qui, encore et toujours, énerve la plupart du temps ses vis-à-vis qui lâchent l'affaire avant d'en venir aux grossièretés. Les injures, Emily déteste ça, elle ne trouve pas ça "délicat", surtout dans la bouche d'une jeune fille. Car oui, Emily aime ce qui est "délicat".
      Toujours respectueuse, même peut-être un peu hautaine, elle ne supporte pas l'irrespect ou l'arrogance, du moins venant des autres puisqu'elle est un prototype d'arrogance.
      Elle aime les hommes, les hommes le lui rendent bien, et donc, bien qu'elle ait avec elle une armée de ces messieurs prêt à en découdre pour elle, elle ne s'est jamais très bien entendue avec la gente féminine, sauf peut-être, étrangement, avec ces jeunes filles qui ne rencontrent aucun succès avec les garçon, ou dès que l'une de ses amies se mettait en couple, très vite, leurs liens d'amitié se brisaient, pourquoi ? Vous vous posez vraiment la question ?

      ♣️Aime/Aime pas :


      Elle aime ce qu'elle est, elle aime les homme, elle aime la vie, elle aime profiter, elle aime qu'on parle d'elle, elle aime que l'on prenne soin d'elle, elle aime être cette goutte d'eau qui fera déborder le vase, dès qu'elle l'aura décidée, elle aime être entourée, elle aime se sentir aimée, elle aime prendre soin d'elle, elle aime prendre soin des amants des autres.

      Elle n'aime pas les journées sans, elle n'aime pas ne pas être présentable, elle n'aime pas être désobligeante, elle n'aime pas perdre, elle n'aime pas être seule, elle n'aime pas être délaissée.


      ♣️Physique :

      "Une femme belle est le paradis des yeux, l'enfer de l'âme, et le purgatoire de la bourse."


      Une beauté fatale pas banale. Voilà comment décrire la jeune Emily. Du haut de son mètre soixante, perchée sur ses talons vertigineux, la jeune fille arbore avec fierté une silhouette fine et superbement proportionnée. Mince mais pas maigre, juste ce qu'il faut. Son visage fin découvre une peau d'une blancheur de lait, pareil aux plus fines porcelaines chinoises, aussi douce que la soie. Ses yeux sont aussi bleu que les nuits d'été, profond et envoutants, charmeur, même au naturel, aux couleurs des lagons dont on n'entend parler que dans les contes ou dans les chansons. Sa bouche, à la fois pulpeuse et fine, bien dessinée et souvent entre-ouverte, laisse admirer un sourire superbe, des dents blanches vues et approuvées par colgate, et -paraissant- sincère. Un visage d'ange, entouré par une crinière indomptable, aussi noirs que les profondeurs des ténèbres, aussi sombre que l'âme du diable. Ou plus communément, d'un noir de jais profond. Une posture toujours impeccable, toujours droite, bien qu'ayant le dos légèrement cambré, et une tombée de rein à couper le souffle d'Hugh Hefner*, sa démarche, de même toujours calculée, élégante et soignée, un pied devant l'autre, jamais un seul accrocs. Ses jambes parlons-en, grande, longues, fines, et toujours aussi blanches que sa peau, bien qu'un peu plus vermeille au niveau des genoux. à en faire pâlir les plus grands mannequins.

      ♣️Style vestimentaire : Elle n'a pas de "style vestimentaire" à proprement parlé. Tout lui va, du moins, elle veut que tu lui ailles donc, tout lui va. Elle ne se donne pas un certain code à respecter, ni de limite dans ces codes.
      Elle privilégie les jupes et le robes aux pantalons. Elle privilégie les bas aux collants, elle privilégie les cheveux attachés à sa tignasse ébouriffée laissée libre.
      Elle peut passer d'un style très "classique" de jeune fille modéré à un style beaucoup plus trash et provoquant.
      Tel une polymorphe, elle change de vêtements comme d'amants, c'est-à-dire, vraiment beaucoup, et elle n'est pas restreinte niveau budget, ce qui lui offre la possibilité d'acheter encore et toujours.
      Merci papa.



    Entourage & Histoire


      ♥️Enfance :

      "L'Amour, ou comment faire preuve d'un masochisme pur"


      Passion : Nom fem. éthym. Grec : Pathos -Souffrance, douleur-
      A-[Avec une idée de durée de la souffrance ou de succession de souffrances] Action de souffrir; résultat de cette action.
      Ce qui est subi, supporté de très pénible; grande souffrance (généralement corporelle), tourment.
      B-PATHOL., rare. Nom de plusieurs maladies très douloureuses. Pathologie

      Et ainsi, Emily perdit sa mère, son seul vrai parent.
      Voilà ce à quoi pensa Emily, la veille de son entrée dans Gaku-cards, un changement dans sa vie qu'elle voulait profitable pour elle. Elle jeta un regard angoissé sur les quatre valises placées sur le sol, à côté de la porte. Elle lâcha un long soupire en pensant très vite à son père. Pauvre papa, il était donc écrit qu'elle devait faire souffrir les gens ? Pas que cela la dérange plus que ça, seulement, là, il avait s'agit de ses parents, et elle leur tenait un minimum de respect.
      Un autre soupire, puis la plantureuse brunette se retourna pour faire face au mur de sa chambre, resserra son étreinte contre la voluptueuse couverture blanche qui lui faisait office de nid et ferma les yeux, elle s'endormit quelques minutes après sur ces joyeuses pensées.
      Mais une définition ne sert pas juste à vous conter l'histoire, aussi, retournons quelques années en arrière. Ou non, commençons par le début. Nous sommes donc

      Le 10 mai 1992, jour de fête chez les Mallon's

      Un heureuse évènement vint égayer la journée du couple Mallon, le mari Mallon, appelé par l'hôpital tôt le matin, arriva là-bas avec deux heures de retards sur l'appel, priorités oblige, et tard dans l'après-midi, une petite tête ronde et brune voyait le jour.
      Magnifique journée, bien sur. Un beau bébé, des parents heureux -Nous passerons sur les plaintes presque incessantes de la mère contre sa douleur et son "ventre de baleine-, un soleil qui brille, des oiseaux qui chantent, et surtout, et madame Mallon le reconnut tout de suite en voyant son enfant, de toutes les têtes blondes qu'elle avait mise au monde, celle-là, elle ne l'abandonnerais pas car par lien de sang, Amanda Mallon venait de trouver sa digne héritière dans son rôle de succube. L'enfant tenait de sa mère, elle aura un grand destin, pensa Amanda encore toute émue.
      Vincent Mallon, en comparaison, ne sentit rien venir quand il prit pour la première fois sa petite fille dans ses bras, mais si il avait su prévoir ce qui allait se passer, il ne l'aurait certainement jamais nommée avec un tel sourire.

      Maintenant, Emily à 6 ans, et ses dons de succube se font déjà ressentir, au bonheur de sa mère, une mère attendries par la bande de petits amoureux de sa fille dans les bacs à sable.
      Le pouvoir d'Emily ne s'étant pas encore manifesté, Amanda gardait patience mais était à la fois surexcitée, comme si sa fille était un film dont chaque rebondissement ne pouvait pas être prévu et qu'elle, la mère, se demandait toujours quel serait la fin de ce film sans pour autant vouloir qu'elle arrive.
      Entendons-nous bien, et j'imagine que cette idée ne sera passer par la tête de personne, Emily, à cet âge et malgré sa condition, ne couchait pas.
      Oui, c'est assez mal vu dans la société actuelle pour un enfant de 5 ans de coucher avec son copain de jeu.
      Le père d'Emily, lui par contre n'a presque jamais été là pour sa fille, privilégiant son travail, en tant que P.D.G. d'une ligne de cosmétique.
      Il ne pensait pas faire de mal, pour lui, il était l'homme de la famille qui rentrait, ou pas, le soir à la maison et ramenait de l'argent. C'est tout, il ne fallait pas lui en demander plus, il s'occupait des affaires et c'est pour ça que sa famille pouvait vivre dans l'opulence.
      Et dans une famille normale, la mère serait attristée de savoir son mari ailleurs plutôt qu'avec elle et leurs enfants.
      Dans une famille normale, La petite fille irait voir son père dans son bureau pour jouer avec lui, mais il n'aurait pas le temps et renverrait sa fille de façon brutale alors que sa fille allait jouer seule, les larmes aux yeux.
      Oui, ça aurait certainement donné ça, mais dans la famille Mallon, la mère est heureuse, elle n'a jamais aimée le mari, elle n'est avec lui que pour avoir une situation stable et parce qu'elle s'entend bien avec lui. Et en plus, ils vivent dans la richesse, que demander de plus ? Et comme il travail beaucoup, elle aussi peut partir travailler. En tant que succube, bien évidemment, elle n'a pas de temps à perdre à travailler comme les humains. Et quand elle rentre chez elle, elle a un homme à portée de main et peut aisément faire passer son envie pour le fait que son mari lui manque à ne jamais être là.
      Qu'il est bon de mentir au père de sa fille.
      Emily, elle n'a pas besoin plus que ça de son père. Elle s'y est fait, au fait qu'il ne soit jamais là, et de toute façon, elle avait bien plus besoin de sa mère que de son père.
      Elle n'a jamais su si son père savait pour elle et sa mère, et ça l'intriguait, mais c'est aussi ce qui l'amusait.

      A l'aube de sa puberté, l'hyper-sensibilité aux sens d'Emily commença à se faire sentir, mais ce n'est qu'à l'âge de 11 ans qu'elle réagit pour la première fois sur quelqu'un et qu'elle réussit à changer sa perception olfactive.
      La jeune fille faisait la fierté de sa mère, et toujours, son père n'en saurait rien, histoire de voir si oui ou non, il savait.
      Très vite, Emily devint populaire chez la gente masculine mais était détestée de la gente féminine, par jalousie ou rancœur.
      La famille Mallon devait souvent se déplacer, pour affaire du père et Emily changeait perpétuellement d'établissements, ce qui ne faisait qu'agrandir sa notoriété et sa popularité. Dans le bon ou mauvais sens ? Emily, en tout cas, ne voyait que les bonnes choses qui s'offraient à elle.
      Quand elle eue 14 ans, l'âge où une fille devient vraiment désirable, elle et sa mère décidèrent d'un commun accord de s'adonner à un jeu, certes, de très mauvais goût, mais qui paraît tout à fait normal pour deux succubes : Elles s'apprêtait à entrer en compétition pour savoir, sur un temps limité, laquelle des deux attirait le plus d'hommes. Et ainsi, chaque matin, chaque journée et chaque soirée, des hommes défilaient dans la demeure Mallon, mère et fille se lançant à chaque minute des regard se voulant défiant.
      Mais le jeu rattrapa vite le cœur.
      Amanda Mallon était tombée sous l'emprise d'un sentiment prohibé dans le monde des succubes : elle était tombée amoureuse d'un homme.
      Cette homme, elle s'y était entichée certainement parce que justement, il l'avait toujours repoussé.
      Mais il avait accepté sa fille à bras ouvert.
      Souffrant trop de l'image qu'elle se remémorer à chaque secondes de sa fille enlaçant son tendre convoité, elle entreprit de mettre fin à ses jours, non sans, avant cela, écrire une lettre à sa fille, lui décrivant sa vie en détails, le pourquoi de son suicide et à quel point elle était fière de sa tendre Emily.
      Après quoi elle se pendit dans sa chambre.
      L'adolescente, même si cela peut paraître ignoble, n ressentit aucune peine à la mort de sa mère. En fait, au fil des années, sa mère lui avait tellement enseignée de choses, leur pari les avaient rendue tellement conflictuelles qu'elle ne voyait plus sa mère comme tel mais comme sa meilleur amie qu'elle détestait.
      Et elle la méprisait tellement, d'avoir aimé un homme, d'être tombée amoureuse alors que c'est une chose qu'elle avait apprit à ne surtout pas faire.
      L'amour, le pire ennemi d'une succube.

      Attristé par la mort de sa femme, Vincent Mallon qui n'avait jamais lu la lettre destinée à Emily, se plongea encore plus dans son travail, confondant celui-ci avec une bouteille de whisky et donc, le travail et les déplacements d'Emily aussi furent doublés.
      La jeune fille vivait avec son père alors qu'on aurait pu croire qu'elle vivait seule, mais ça ne lui faisait rien, elle allait pouvoir prendre la digne relève de sa mère.
      Ou est-ce parce qu'elle se sentait tellement seule qu'elle voulait toujours être accompagné d'un homme ? Ne trouvant jamais son substitue parental ? Même si c'était vrai, jamais Emily ne l'avouerait. Trop fière d'elle, trop fière d'être la fierté de feu sa mère.
      Mais comme un malheur n'arrive jamais tout seul, en grandissant, sa beauté aussi grandissait et plus le temps passait, plus la tristesse de son père grandissait et une jeune croqueuse d'homme vivait seule avec un veuf en deuil.
      Vincent Mallon s'éprit de sa fille, certainement par substitution de l'être aimée, mais le père d'Emily ne chercha jamais à la séduire, il ne voulait pas passer par les formalités et savait qu'il était insensé d'agir comme lui.
      Il essaya, plusieurs fois, mais sa fille arrivait toujours à le repousser, jouant de son agilité ou de son pouvoir, car même si elle voulait toujours plus d'hommes, son propre père... Elle ne pouvait tout simplement pas y penser.
      Et sa vie se passa ainsi, à vivre avec un père fou de chagrin nourrissant de pensées impensable pour sa fille, le souvenir d'une mère décédée, et une lettre d'adieu qui semblait faire l'éloge d'une certaine école.
      Il fallut un temps à Emily pour se décider d'y entrer enfin, dans cette école, mais quand son père, toujours pour affaire, l'emmena vivre dans le pays où cette école était implantée, elle prétexta qu'elle avait besoin de stabilité, que cette école avait une grande renommée. Son père acquiesça, pensant que ça ferait du bien à sa santé mentale que sa fille soit loin de lui.

      Fin du flash back, retour à cet hiver

      Tout était revenu en rêve à Emily. Un signe du destin ou une pur coïncidence ? On pourrait toujours se le demander, voici encore une de ces questions qui resteraient sans réponse.
      Le soleil pointait le bout de son nez, faisant frémir Emily, déjà réveillée depuis une bonne heure, trop excité à l'idée de son départ pour se rendormir, mais trop fatiguée pour se lever.
      Dans une heure, son train partait, elle devait se lever.
      Ses bras soulevèrent la couverture qui l'entourait et inconsciemment Emily se demanda si elle faisait une bêtise.
      Mais très vite, cette pensée fut remplacée par cette question existentielle : quelles céréales choisirait-elle se matin pour aller avec ses tartines ?


      ♥️Famille : Sa famille est constituée de feu sa mère, son parent le plus proche, de son père, avec qui elle n'a aucune complicité et certainement une centaine de demi-frères et demi-sœur partout dans le monde, merci maman.
      ♥️Ici parce que : Pour s'entraîner, pour apprendre à devenir plus forte, pour se trouver dans un lieu plus approprié à sa condition mais aussi, et ce n'est pas un détail, pour échapper au "train-train" du logis familial.
      ♥️Des remarques : Elle se fiche du classement, mais ne se laissera pas marcher sur les pieds et ne laissera personne être plus arrogant qu'elle.


♣️ In Real Life ? ♣️
    ♦️Prénom/Pseudo : Lou
    ♦️Âge : 16 ans
    ♦️Comment êtes-vous arrivé là ? Partenariat avec "Koko Debut"
    ♦️Vous aimez ? Oui, j'aime beaucoup le design et l'histoire !
    ♦️Code : Ok_By_Ran' Et tellement modeste { fufufu ! Notre modestie est partie en vacances ! }

    *Hugh Hefner est le patron du magasine "play-boy".






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Emily Mallon~ {10 de Carreau}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~°{ G.A.K.U-C.a.r.d.s }°~ :: ~{To Begin :: [P]résentation :: ~Dossier Classés-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit